Skip to content

6 (très) bonnes raisons d’aller à Budapest en hiver

Après les Bouddhas de Birmanie, place à Buda en Hongrie ! Niché à 1485 kilomètres de Paris, cette jolie cité de l’Est a le vent en poupe été comme hiver, lorsque le fameux vent souffle et les marchés de Noël accueillent des milliers de curieux. Si les températures ont de quoi refroidir le plus motivé des voyageurs (moi), la cité a de solides arguments pour convaincre les frileux de lui rendre une petite visite. Je suis allée vérifier par moi-même en plein mois de décembre avec un compagnon de voyage local. Née à Budapest, Orsolya m’a tout enseigné de la ville. Ferme ton anorak, enfile ton bonnet et suis-nous à la découverte des 6 activités à faire à Budapest en hiver. 

1/ Se balader dans les 6 marchés de Noël

A Budapest, on ne rigole pas avec les marchés de Noël. La ville ne fait pas les choses à moitié puisqu’elle accueille pas moins de 6 spécimens dans ses allées. Si on est loin des 60 marchés berlinois, on ne peut que saluer les efforts budapestiens. Au programme donc : du vin chaud, de la gastronomie locale, beaucoup de gastronomie locale, et tout un tas de chouettes trucs à acheter, loin des produits made in china que l’on peut trouver ailleurs. Si tu n’as point le temps (et l’envie) de visiter les six, privilégie les deux principaux situés à une dizaine de marche l’un de l’autre : ceux de la place Vörösmarty et de la basilique Saint Etienne. L’idéal étant de les visiter de jour comme de nuit pour vivre deux ambiances et surtout voir les illuminations by night. Mention spéciale pour le « son et lumière » diffusé sur la façade de la basilique Saint-Etienne.

Et aussi : Visiter l’intérieur de la basilique Saint Etienne (entrée libre mais 200 forints de donation).

Les autres marchés : rue Deák (la « Fashion Street »), place Erzsébet, parc de l’Hotel de Ville « Városháza Park », l’hôtel Four Seasons Gresham Palace.






2/ Boire et manger (et boire) (et manger)

Autant te prévenir de suite. Faire l’impasse sur la gastronomie hongroise relève clairement du péché. Merci donc de faire de la place dans ton estomac avant ton arrivée et/ou stopper ton régime en cours pour pouvoir en profiter. Crois-moi, tu ne risques pas de le regretter, malgré le nombre de calories ingurgitées. Foodtrucks, restos, fast food… Budapest regorge de moyens de se restaurer. Si certains plats ne payent pas de mine, je conseille tout de même de les tester, en particulier la soupe de Goulash (boeuf, poivrons, tomates, pommes de terre, oignons, paprika) et le lángos (sorte pain rond cuit dans l’huile agrémenté de crème fraiche et de fromage râpé) (un délice) que tu trouveras sur presque tous les stands des marchés de Noël. Côté liquide, le pays te propose également de quoi te réchauffer : un petit vin doré (Tokaji), une eau de vie (Pálinka) et/ou une liqueur hongroise (Unicum). A la tienne !

Et aussi : Töltött Káposzta (choux farci), Sztrapacska (sorte de gnocchis au fromage), Tócsni (galette de pommes de terre)…

A ramener : une boîte de paprika local pour relever tes futurs plats.

Les bonnes adresses :
>> Les fameux ruins bars avec le célèbrissime Szimpla (Kazinczy u. 14.) à ne louper sous aucun prétexte de jour comme de nuit : arriver tôt, il y a du monde. Eviter la jolie boutique à souvenirs adjacente, les tarifs sont hors de prix.
>> Tester un bar à bières : Élesztőház – Tűzoltó u. 22.
>> Se faire un langos (ou autre) dans une rue « food trucks » : Karavan street food – Kazinczy u. 18.
>> Manger un (très) bon burger : Zing – Király u. 60.
>> Dîner dans un resto-boîte (prévoie les bouchons d’oreille) : Spiler Bistrot – Király u. 13.
>> Faire la fête : Akvárium Klub (Erzsébet tér 12) et Corvin (Corvin sétány).
>> Boire un thé pour se remettre de la fiesta : Café Analóg (Kazinczy u. 35), Bazilika Café et Restaurant (Szent Istvan ter 2.), Café Mai Manó (Nagymező u. 20).





3/ Faire un sacré bond dans le passé

Budapest, c’est aussi et surtout une Histoire palpable dans chaque rue, chaque immeuble, chaque monument de la ville. Outre les visites incontournables (voir ci-dessous), il est un établissement à ne pas louper si tu veux comprendre son passé. Ouvert en 2000, la Maison de la Terreur s’est donné comme mission de raconter une période bien sombre du pays : les années de régimes fasciste et communiste. Difficile de s’attaquer à un thème aussi délicat, tu en conviendras. Mais force est de constater que les créateurs de l’établissement ont relevé le défit. Ici, pas de panneaux explicatifs interminables à lire. La scénographie suffit à faire le job. Installé dans l’ancien siège de la police communiste, le bâtiment fait frissonner dès l’entrée et ce n’est pas à cause de la température extérieure. Armé d’un audioguide (indispensable pour comprendre les lieux), tu te avanceras dans le temps à mesure que tu progresseras dans les pièces dans ce lieu qui accueillit également les membres du régime nazi jusqu’en 1945. Avec en point d’orgue, une dernière partie aussi spectaculaire qu’émouvante, que je te laisse découvrir.

Les infos : Andrássy út 60. Tél. : +363742600.
>> Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 18h et le week-end de 10h à 19h30 (venir minimum 2h avant la fermeture afin de vraiment prendre le temps d’écouter les explications et de visiter les lieux).
>> Tarifs : 2000 forints l’entrée (6 euros), 2500 l’audioguide.

A voir aussi : La synagogue, le château et sa vue superbe sur le Danube, le Bastion des Pêcheurs, l’église Matthias (où Sissi fût couronnée reine de Hongrie), le Parlement et ses 691 pièces et enfin l’immense place des Héros.








4/ Barbotter dans 40°C (quand il fait même pas 0°C)

C’est sans doute l’activité qui te fera le plus frétiller, même si cela sous-entend d’enlever ses vêtements lorsqu’il fait au moins -8000 dehors. Une perspective pas très motivante, j’en conviens. Mais imagine un peu le tableau : une tripotée de bassins thermaux tièdes et chauds, des hammams, saunas et autres bains glacés, des salles de massage… Le tout en décor de ciné, en particulier dans les splendides thermes Gellért façonnés dans un style art nouveau. Conseil d’ami : commence par le bain extérieur romantico-romantique dès l’arrivée, au moment où tu auras encore le courage de te balader dehors, le temps d’accéder à la dite-piscine plantée en haut des marches. Le reste, ce ne sera que du bonheur.

Les infos : Kelenhegyi út 4. Tél. : +36 1 466 6166.
>> Ouvert de 6h à 20h (horaires susceptibles d’être modifiés au cours de l’année).
>> Entrée sans limitation de durée à 5500 forints (5900 avec une cabine privée dans laquelle tu pourras laisser tes affaires). Bonnet obligatoire uniquement pour le grand bassin intérieur. Prévoir une paire de tongs pour se déplacer et un laps de temps conséquent pour apprendre à se repérer dans les couloirs labyrinthiques.

Et aussi : Bains Széchenyi (les plus grands), Bains Rudas (d’influence turque).





5/ Voir des oeuvres street art qui bougent…

… sans avoir consommé une goutte d’alcool. Grâce à une application de « réalité augmentée », l’une des plus jolies oeuvres de la ville s’animera devant tes yeux ébahis. Rendez-vous au croisement de deux rues du centre ville pour en avoir les yeux nets. Après avoir téléchargé l’application « LARA Realited Augmented« , il te suffira de regarder la peinture géante à travers ton téléphone portatif. Je ne t’en dis pas plus, mais le détour vaut clairement le coup d’oeil. Réalisés dans le cadre du festival culturel Színes Város Festival (août et septembre chaque année), de nombreux dessins égayent les murs des façades parfois grisounettes.

Les infos : Au croisement des rues Sas Utca et Arany Janos Utca.


6/ Patiner sous les étoiles de Budapest en Hiver

L’amour brille sous les étoiles, ce n’est pas le Roi Lion qui dira le contraire. Après avoir fait le coup des thermes à ta moitié, il est grand temps de lui rouler enfiler un patin (voire deux, ça sera plus pratique pour avancer). Posée à deux pas de la place des Héros, la patinoire à ciel ouvert est la plus grande d’Europe s’il vous plait… Avec sa vue sur le Château de Vajdahunyad, c’est sans doute l’un des endroits les plus romantiques d’une cité qui est finalement un repère à amoureux. N’hésite pas à opter pour une séance by night, encore plus féérique. Bonne nouvelle : la nuit tombe à 16h en hiver, pas difficile de trouver un créneau sous la voie lactée (plus difficile en revanche pour voir la bourgade de jour).

Les infos : Olof Palme stny. 5. Tél. : +36 1 363 2673.

Et toi, es-tu déjà allé(e) à Budapest ?




***Plus d’infos***

Y aller :
>> De Paris : Air France et Easyjet proposent des vols directs au départ de Charles-de-Gaulle.
>> De régions : De plus en plus de vols directs relient les grandes villes françaises à Budapest à l’image de Bordeaux avec Wizzair (départ le vendredi midi, retour le lundi midi).

Se déplacer sur place : quadrillée par le métro, le bus et les trams, Budapest est très bien desservie. Ne rate pas le métro 1 qui en plus d’avoir la bonne idée de t’emmener d’un point A à un point B, est équipé d’un décor d’époque de toute beauté.
Un conseil : n’oublie pas de valider ton titre de transport, sans quoi tu auras de grande « chance » de te voir affubler d’une jolie amende de 8000 forints (24 euros). Testé et non approuvé par moi-même après avoir tenté de négocier sans succès avec le « sympathique » contrôleur.

Pour que tes nuits soient douces : Bridge et Castle Apartman –1011 Budapest, Fő utca 6. III. emelet 3/a. De superbes apparts idéalement situés à deux pas du Chain Bridge.

Pour voyager en toute sécurité : Les frais médicaux dans l’espace Schengen coûtent cher, voire très cher. Pour éviter une nouvelle déconvenue pour ton porte-monnaie (voir point précédent), il te suffit d’opter pour une Assurance Voyage Visa Schengen comme peut le proposer Allianz Global Assistance (qui permet en outre de décrocher un visa si tu n’es pas membre de l’union européenne).

En savoir beaucoup plus : RV sur le blog voyage d’une autochtone qui te donnera toutes les renseignements utiles : Pourquoi pas Budapest.

6 Comments

  1. 7. Et surtout l’hiver y’a bien moins de touristes! J’avais découvert la ville l’hiver en 2010, j’avais adoré. J’y suis retournée l’été en 2014 et quelle horreur. Du monde du monde du monde, brrrrr

    • Solcito Solcito

      Je voulais y retourner l’été prochain mais j’avoue que tu me refroidis (pour reprendre la thématique de l’article haha). Peut-être que l’idéal est d’y aller en juin ou septembre ?

  2. Ton article donne (beaucoup) trop envie de visiter Budapest en hiver ! :)

    • Solcito Solcito

      Haha, ravie d’avoir réussi à te convaincre. Merci beaucoup pour ton commentaire !

  3. Chouette article !! Je ne connais pas du tout cette ville et j’aurai plutot penser y aller en été mais du coup je vais reconsidérer la chose et peut être y passer un weekend en hiver ! :) haha Ces thermes donnent tellement envie, et puis la ville a l’air très jolie !

    • Solcito Solcito

      Olala oui, les thermes <3 Et le reste de la ville n'est pas mal non plus, été comme hiver ! J'espère que tu apprécieras autant que moi :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *