Skip to content

Bref, j’ai fait le trek du Salkantay au Pérou

Enfant du soleil (du solcito donc), j’aime parcourir la terre, le ciel. Je cherche mon chemin, c’est ma vie, c’est mon destin. Et le jour, la nuit, avec mes amis,  je suis partie rechercher ma cité d’or, aka le Machu Picchu, dans ce merveilleux pays qu’est le Pérou. Pour y accéder, je n’ai pas pris un grand condor, mais une paire de bon souliers. Paradis des amateurs de vieilles pierres et d’Histoire, le Pérou l’est également des trekkeurs. Sportive du dimanche, j’ai tenté l’expérience de l’un des plus beaux treks du monde. Bref, j’ai fait le trek du Salkantay (et j’en suis un petit peu fière). 

Trek du salkantay

Cuzco, Jour 1, 4h30 :

A partir d’aujourd’hui et jusqu’à la fin du séjour, plus aucun réveil ne sonnera après 5h du matin. Equipée de solides chaussures de marche et d’un sac de 8kg, j’attends sagement dans la ville endormie que le pick up de l’agence vienne sonner le début des festivités. Bonne nouvelle : les quelques heures de minibus (<< sommeil en rab’) avant d’arriver à Mollepata, premier stop de ce trek de folie.

Au programme des journées à venir : 4 jours et 4 nuits dans un décor à couper le souffle… déjà copieusement entamé par l’altitude (3800 m rien qu’à Cuzco). Le dernier jour sera entièrement consacré au saint graal : la visite du Machu Pichu. Itinéraire alternatif au superstar Chemin des Incas, le trek du Salkantay permet aux gens non organisés (<< nous) de rejoindre la citadelle la plus célèbre du monde à pied, sans avoir réservé 8 ans avant le départ.

Accessible aux néophytes de la marche, le chemin n’est pas encore saturé et peut même se réaliser sans agence, si tu n’es pas effrayé(e) à l’idée de porter toi-même tout ton matos à plusieurs milliers de mètres d’altitude. De mon côté, j’y vais mais j’ai peur (même si la neige n’est pas trop molle) d’où ma volonté d’opter pour un tour encadré.

Mollepata, Jour 1, 9h :

Il est à peine 9h mais j’ai déjà l’impression d’entamer une 2ème journée. La rando débute dans un resto de Mollepata devant un solide petit déjeuner. Les choses sérieuses ne commencent qu’une heure plus tard, dans les hauteurs de Cruzpata. Il faut alors troquer son gros sac contre un bâton de marche, sa place confortable dans le bus contre ses pieds. C’est parti pour 4 heures de marche, la majorité sur terrain plat (alleluia) encouragés par les glaciers de Tucarhuay (5 450 mètres) et le Salkantay (6 264 mètres) qui nous font coucou du haut de leur 5450 et 6224 mètres respectifs.

Quelques kilomètres plus loin, nous arrivons déjà au campement de Soraypampa. Deux possibilités : se vautrer sur sa couchette ou se payer 2h de marche supplémentaire (en dénivelé) pour accéder à une somptueuse lagune planquée derrière les collines. La laguna gagne par K.O, même si c’est à peu près l’état dans lequel je suis.

 

laguna trek du salkantay

Solcito Salkantay

Quelques heures plus tard, c’est le souffle coupé mais la tête remplie de sublimes images turquoise que je pars me coucher sous un dôme transparent, la tête dans les étoiles (et le corps congelé emmitouflé dans un duvet de compétition).

Hébergement trek du salkantay

Logement trek du salkantay

Soraypampa, Jour 2, 5h et des brouettes :

La matinée commence dans la nuit noire (et obscure) avec un thé au coca livré en room service. Les choses sérieuses peuvent commencer avec le passage du col du Salkantay, perché fièrement à 4 600 mètres d’altitude.

Après quelques heures de grimpette dans un paysage glacé, nous arrivons devant notre pote Salkantay qui vous fait cadeau de plusieurs avalanches (à distance) pour célébrer notre arrivée au point culminant de notre parcours de santé. En retour, nous offrons des présents (de petits cailloux ramassés sur la route) (nous sommes généreux) à Madame Nature, lors du rituel de la Pachamama, « Terre-Mère » en Quechua.

trek du salkantay Pérou

faire le trek du salkantay

Col du salkantay

Montagne du Salkantay

Salkantay

Après une séance de quelques centaines de milliers de photos qui nous serviront plus tard à crâner, il est temps d’étamer la descente, direction le camp d’Arrayan Pata. Durant des heures, les paysages vont se suivre sans jamais se ressembler devant nos yeux ébahis et nos genoux épuisés. La neige a laissé place à la forêt, les mottes d’herbe à une végétation luxuriante peuplée de fleurs par milliers. Pas après pas, nous nous enfonçons dans les entrailles de la jungle péruvienne avec une seule idée en tête : arriver au camp et ne plus bouger une oreille (ni un doigt de pied) sauf pour aller utiliser la douche tiède (payante) qui trône à deux pas de nos tentes.

Randonnées Salkantay

Camping trek du salkantay

Arrayan Pata, Jour 3, 5h08 :

C’est reparti pour un tour. Que la montagne est belle, elle commence presque à me gagner, malgré la dizaine de kilomètres à avaler, entre descentes et montées. Au coeur des vallées de Dana, le Río Santa Teresa poursuit son bonhomme de chemin, serpentant entre les montagnes, accueillant ici et là les eaux de magnifiques cascades dissimulées dans la végétation.

cascade trek du salkantay

Le programme du jour : s’enfoncer toujours plus loin dans les yungas, ces vallées forestières d’altitude à mi-chemin entre la Sierra et l’Amazonie, pour accéder au village de Wiñaypoco où nous retrouvons des traces de civilisation locale. Le but final : rejoindre la Playa, une commune qui n’en porte que le nom. Ici, pas de sable fin mais une bourgade tranquille, point de départ (en voiture) pour des excursions ludiques telles que des tyroliennes ou les sources d’eau chaude du coin.

Faune trek du salkantay

paysages trek du salkantay

La Playa, Jour 4, très très tôt :

C’est l’heure d’attaquer les ultimes kilomètres avant l’apothéose machu pichien. Sur la route, les vestiges archéologiques de Llactapata (inconnus au bataillon) donnent un mini avant-goût de ce que tout le monde attend depuis 4 jours. Avant cela, il va falloir encore marcher plusieurs heures pour arriver à la dernière ligne droite : la centrale hydroélectrique située à 1 950 mètres d’altitude.

S’offrir l’une des nouvelles merveilles du monde se mérite : 3h de marche supplémentaires (plates) le long de la voie ferrée pour atteindre la ville d’Aghas Calientes posée au pied sacré du Machu Picchu… à moins de préférer s’offrir le voyage en train (45mn) contre une (bonne) poignée de dollars.

Voie ferrée trek du salkantay

Centrale electrique trek du salkantay

Agua Calientes

Epuisés mais heureux, nous posons notre paquetage dans un hostel posté le long de la voie ferrée. Dans cette ville étonnante, les voitures n’existent pas. C’est le train la véritable star. Les trottoirs de la rue donnent donc… sur des rails. Il est l’heure d’aller saluer Morphée. Demain, est un autre jour. Celui de se lever une dernière fois à 4h30 pour accéder enfin à notre rêve péruvien.

Stay tuned : la suite et visite du Machu Picchu au prochain épisode.

Machu Picchu Salkantay

Photos : J. Marran et Solcito

Les conseils

  • Débarquer à Cusco quelques jours avant le départ, histoire de s’habituer à l’altitude
  • Faire appel à une agence sérieuse comme Terra Andina Peru (contact@terra-andina.com  Tél : 09 70 46 66 20) afin d’être en petit groupe ou d’être pris en charge par 2 guides. Compter autour de 250/350 $ pour une prestation de qualité (+ 30 $ de pourboire). Le forfait inclut le transfert, l’hébergement avec  matelas, les repas, l’eau, le transport des bagages en mule (jusqu’à 8kg / personne), l’entrée au Machu Picchu (navette et ascension de la Montaña ou du Huayna Picchu en option), le train retour Aguas Calientes-Ollantaytambo.
  • Prévoir du matos adapté : duvet de haute montagne, chaussures de marche, crème solaire, casquette, répulsif (peu de moustiques mais des petites saloperies de mouche qui piquent vers le Playa), gourde (mention spéciale pour celle qui laisse dépasser le tuyau).

5 Comments

  1. une excursion bien ludique ;o)

    • Solcito Solcito

      Le genre de truc qui motive ;o)

  2. C’est juste magnifique quel périple mais tu peux vraiment être méga fière de toi !!

    • Solcito Solcito

      Merci beaucoup miss #fierté

    • Solcito Solcito

      Disons que j’ai encadré mes chaussures de marche (merci !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *