Skip to content

L’Interview Voyage : Maud Forget, comédienne

Maud Forget voyage

Son visage ne te dit peut-être rien mais il a de grandes chances que tu aies déjà vu Maud quelque part. Peut-être était-ce à la télé dans la série Origines diffusé sur France 3 fin 2014. A moins que tu aies croisé son regard dans l’un des films les plus connus de la fin des années 90. La jeune Delphine du film qui tombait dans les griffes du beau Robinson Stévenin dans Mauvaises Fréquentations, c’était elle.

Inutile de préciser dans quel état d’excitation j’étais avant de rencontrer l’héroïne d’un long-métrage qui a marqué la fin de mon adolescence (et de récupérer au passage quelques potins de tournage dont l’histoire entre Robinson et Lou Doillon).

Depuis, la miss a fait un bout de chemin et a décidé de passer derrière la caméra. Tu pourras bientôt voir « (en)vie » son court métrage qui parle d’une jeune fille et de ses peurs. En attendant la projection de son bébé, Maud a pris le temps de nous parler voyage et grands espaces.

*****************

Quel(s) type(s) de voyageuse es-tu ?

Avant de partir, je suis très stressée mais j’y vais tout de même ! Quand je suis loin, je ressens une espèce de tristesse, je me sens loin de ma famille. En fait, je ne voyage pas des masses mais à l’époque de Mauvaises Fréquentations, j’ai beaucoup bougé : Portugal, Sun Lake City, Suède… Tout ça sur une courte période. De manière perso, je suis allée au Burkina, en Californie et pas mal en Europe (Londres, Espagne, Italie… ). Pour mon voyage au Burkina, j’avais fait tous mes vaccins soit l’équivalent de 6 piqures. A cause de ma trouille du palu, j’avais pris le médicament, ainsi que deux sprays anti-moustiques et du répulsif pour les vêtements. J’ai carrement fait tremper mes fringues dans le produit alors que c’est pas trop fait pour ça. Et quand je suis arrivée sur place, j’étais habillée comme pour aller au Pôle Nord : pull, trench et limite des gants… J’ai fini par me détendre et me balader en maillot !

Si tu devais définir le voyage en 3 mots ?

En contradiction avec l’anxiété : découverte, déconnexion et plaisir !

Si le voyage était une chanson ?

Empire State of Mind d’Alicia Keys & Jay Z.

Si le voyage était un parfum ?

Le Monoï. Je n’en mets jamais mais j’adore le sentir chez les autres.

Si le voyage était un film ?

Into the Wild ou Out of Africa.

Si le voyage était une couleur ?

Orange. Les teintes d’un coucher de soleil à Los Angeles.

Si le voyage était un personnage célèbre ?

Antoine de Maximy de l’émission J’irai dormir chez vous. Le concept est super cool.

Ta pire expérience de voyage ?

Le tour de l’Italie du nord. Ce n’est pas le pire souvenir mais le plus épuisant ! Je suis partie avec ma grand-mère qui était à la traine et comme on était dans un groupe, j’étais un peu gênée. En plus j’avais super mal au dos. Ah et l’Egypte aussi car j’ai failli faire un malaise à cause de la chaleur !

Ton plus beau voyage ?

Je crois que c’était la Californie. On est partis à 4 et on a fait plein de trucs différents. Je n’avais pas quitté Paris depuis 3 ans. J’ai réappris à respirer dans des endroits immenses et j’ai vu des choses magnifiques : Los Angeles, le Grand Canyon, San Francisco… Tu apprends à te connaître toi-même durant de tels voyages. Tu te confrontes à ce que tu croyais réglé. Tu apprends à faire des concessions.

Ta prochaine destination ?

Mon rêve est d’aller en Inde. Quelque chose m’attire dans ce pays depuis que je suis petite. J’aimerais aussi aller à Bali, au Japon, à Antalya… Mais pour l’heure, rien n’est encore programmé.

Comment occupes-tu généralement tes longs trajets ?

Généralement quand je prends le train, j’achète la presse people mais je ne regarde que les photos ! J’admire le paysage en rêvant sans écouter de musique. En avion, j’attends le repas et je me gave de films, genre 3 ou 4. Hublot ou pas, je n’ai pas de préférence.

Quels sont les accessoires dont tu ne te sépares jamais en voyage ?

 Mon téléphone et son chargeur, des lunettes et une crème soleil, des chaussures plates et à talons !

Où irais-tu vivre si tu devais quitter Paris ?

J’ai toujours rêvé vivre dans Paris. Je ne me sens pas quitter la ville pour le moment. Je m’émerveille encore comme si c’était la première fois que j’y mettais les pieds.

Si ton métier était un voyage ?

Un voyage dans les rêves.

(en)vie Maud Forget

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *