Skip to content

Journaliste voyage, les coulisses (tome 5)

Tu te demandes peut-être comment je suis devenue touriste professionnelle payée toute l’année à me balader. Tu as de la chance car je vais tout t’expliquer (sans revenir sur le fait que mon boulot est un vrai boulot) (déjà expliqué ici). En exclusivité, je te dévoile comment devenir journaliste voyage. 

Avec les parents baroudeurs dont j’ai hérités, disons que j’étais destinée à aimer voyager (ou à carrément détester). Mais avec les merveilles par lesquelles j’ai commencé gamine (Liban, Égypte et Syrie) peu de chance de ne pas apprécier.

Parallèlement à cela, j’ai tout de même dû un tout petit peu étudier (6 ans). Comme ils ne proposaient pas de master “touriste professionnel” à la fac, c’est vers la communication que je me suis dirigée avec l’idée de travailler dans la publicité mais le rêve secret d’être un jour-naliste…

Un an d’étude m’a suffit pour savoir que ce n’est pas dans la pub que je bosserai. J’ai alors cherché à décrocher un stage dans une rédaction. Et c’est un magazine pour jeunes nanas qui le premier a bien voulu accepter la néophyte que j’étais.

Un stage, puis un autre, puis un autre m’ont aidé un mettre un doigt de pied, puis quatre autres dans le merveilleux monde de la presse.

Lorsqu’il a fallu bosser pour de vrai, c’est tout naturellement que je me suis tournée vers les canards de tourisme qui ont finit par m’offrir mon premier job. Un an et demi plus tard, j’ai décidé de tenter l’aventure de la pige en me mettant à mon compte. Pour revenir un an après frapper aux portes des rédaction web afin de reprendre une activité salariée. Le freelance offre de nombreux avantage (dont la sacro-sainte liberté) mais mieux vaut avoir un peu de bouteille / expérience pour se lancer.

Après mes quatre ans et demi de bons et loyaux service dans la boîte qui a bien voulu m’embaucher en CDI (serpentin, sifflet et tournage de serviette) j’ai eu envie de revoler de mes propres ailes et de me remettre à mon compte. Aujourd’hui, je ne suis plus uniquement journaliste mais également blogueuse, rédactrice web et community manager. Plusieurs casquettes qui me permettent d’avoir des missions très variées (et d’avoir plus d’opportunités). 

Nombreux sont les candidats à convoiter ce (ces) métiers : il est donc préférable d’avoir plein de cordes à son arc, se tenir au courant et se former si besoin. Ce domaine évolue tellement vite qu’aujourd’hui par exemple, on te demandera souvent d’être en crac en SEO (référencement naturel) si tu postules à un poste de rédacteur web.

Mieux vaut avoir un CV tourné vers le domaine que l’on souhaite attaquer, sans pour autant fermer d’autres portes. En revanche, de la même manière que tous les chemins mènent à Rome, toutes les routes ou presque mènent au journalisme même si la profession est sinistrée. Je t’invite à lire cet excellent article à ce sujet ici.

Si tu as encore de la place, je t’invite à lire le non moins excellent article de ma cops Camille au sujet de Ma Vie Mon Oeuvre par ici.

>> Retrouve tous mes articles consacrés aux coulisses du boulot de journaliste voyage.

comment devenir journaliste voyage

devenir journaliste voyage

3 Comments

  1. […] Il semblerait en plus que ça soit dans l’air du temps puisque j’ai vu que Caroline et Solène en ont aussi parlé […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.