Skip to content

J’ai testé pour toi le Mondial du Tatouage

340 artistes, 30000 visiteurs, beaucoup de décibels, des milliers de litres de bières. Cette année encore, le Mondial du Tatouage a rameuté la foule malgré le printemps venu en force ce week-end là. J’ai voulu aller voir de plus près en quoi consiste ce rendez-vous annuel des amoureux du dessin à fleur de peau. Moi, dont le seul morceau de corps customisé est le bout de mes ongles.

Tin-Tin à la Villette

Le Mondial est un miraculé. Rien ne prédestinait le salon à renaître de ses cendres après plusieurs années d’arrêt. C’était sans compter l’explosion du tatouage depuis une dizaine d’années. D’une pratique scandaleuse, il est devenu un art. Et ses professionnels d’être désormais reconnus comme de véritables artistes. Un peu comme le street-art. En témoigne le succès de l’expo Tatoueurs-Tatoués dont les allées ne désemplissent pas depuis presque un an.

Ce phénomène n’a évidemment pas échappé à Tin-Tin. Depuis deux ans, le maître du tatouage français a donc remis le couvert et les aiguilles à la Grande Halle de la Villette pour cette grande messe du tatouage de 3 jours.

Pin-ups, poussettes, bikers, modeuses, geeks, fans, badauds (raye les mentions inutiles en ce qui me concerne). Tout le monde est le bienvenu pourvu qu’il débourse une trentaine d’euros pour s’offrir le bracelet-entrée.

Une badaude au Mondial

Dimanche 8 mars, 14h. Je débarque à cette « place où être » malgré les 18°C annoncés et mon envie d’aller voir sur les pelouses de la Villette si j’y suis (j’y étais). Je ne suis pas la seule à avoir décidé de m’enfermer sous une halle en cet après-midi printanier. Ce n’est pas la file d’attente longue comme mon bras (je n’ai pas le bras tatoué mais il est long) devant le guichet qui va me contredire. Moralité : investir dans un coupe-file.

A l’intérieur, les allées ne sont pas moins bondées. Il faut dire qu’au Mondial, on peut se faire tatouer par des pointures internationales sans avoir à patienter des mois et traverser les océans pour s’offrir leurs services. Si toutefois tu acceptes de faire tomber la chemise ou le pantalon devant des dizaines (et des dizaines) de paires d’yeux.

Difficile d’accéder aux stands des stars du domaine. Je me rabats sur ceux qui le seront peut-être un jour. Comme dans un musée, leurs oeuvres sont exposées sur des clichés ou à même leur épiderme. Idéal pour choper des idées ou juste admirer le coup de crayon d’aiguilles de certains. On peut même se cultiver en découvrant les différents types de tatouages traditionnels à l’image du fameux Irezumi japonais.

Bars, stands de glaces, photomatons, concours de tatouages, DJ sets, concerts nocturnes… Tout est bon pour divertir les milliers participants. Tout sauf peut-être une terrasse découverte sur laquelle prendre le soleil et reposer sa voute plantaire fatiguée.

Quant à moi, après des heures de recherche, j’ai enfin trouvé à qui confier mon corps. Au Mondial, il y a aussi un stand de manucure.

Plus d’infos : Mondial du Tatouage

Mondial du Tatouage

Tatouéé Mondial du Tatouage

Mondial du Tatouage japonais

Mondial du Tatouage La Villette

Grande Halle de la Villette Mondial du Tatouage

Tatouage tatouée

Shige Mondial du Tatouage

Mondial du Tatouage 2015

Mondial du Tatouage 2015 Paris

Solcito au Mondial du Tatouage

 

 

 

 

 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *