Skip to content

Un week-end en Corrèze

Souviens-toi en 2016, je t’emmenais pêcher dans une jolie bourgade du sud-ouest, dans les eaux d’Oloron-Sainte-Marie. Aujourd’hui, on prend la même (<= moi) toujours aussi néophyte en la matière (<= nulle), ainsi qu’une poignée de copains blogueurs de qualité et on remet cela mais en Corrèze cette fois. Pour mon deuxième essai, c’est à la pêche à la mouche que j’ai goûté (à défaut d’avoir testé le fruit de notre effort). Prends ta canne et enfile ton waders, je t’embarque pour un magnifique week-end en Coeur-rrèze, nouveau département cher à mon coeur, pêch(ist)er et découvrir ses 1001 beautés.

week-end en Corrèze

La Corrèze : un département qui donne la pêche 

Dieu qu’il en faut pour s’extirper des couvertures à 7h un samedi matin. C’est de la faute aux poissons qui sont insomniaques (ou lève-tôt, va savoir) paraît-il. Mais un coup d’œil par la fenêtre sur la charmante campagne corrézienne suffit à motiver toute la joyeuse troupe. Ce week-end c’est décidé, nous nous fendrons la pêche comme jamais. Rendez-vous à Pêchistan City aka Monceaux-sur-Dordogne pour un café chez Maryse, l’institution du coin. La deuxième institution, c’est Vincent, guide de pêche chevronné et notre nounou pour la demi-journée.

Une bonne heure sera nécessaire pour nous apprendre les rudiments du métier. C’est par le fouettage au pompon que nous débutons les festivités. Repos, armement de la canne, lancé, blocage et balancé au ras du gazon : les gestes imprécis se dessinent progressivement sur la terre ferme. Il est temps de nous jeter dans le grand bain, celui de la Dordogne qui danse à nos pieds. Reine des rivières, elle est la nec plus ultra pour pêchister (mais pour apprendre à pêchister en revanche, je ne sais pas). Il paraîtrait que plus tu commences tôt, plus tu as des chance de devenir le pacha de l’activité. En bons trentenaires (ou presque) que nous sommes, nous pouvons encore prétendre au titre. Ouf.

Difficile de se frayer un chemin dans la chorégraphie de ses eaux tumultueuses. Presque autant que d’y balancer sa ligne correctement. Nous débutons par la pêche en sèche de l’archiduchesse, une technique très technique qui consiste à pêcher avec un vrai faux appât (<=imitation artificielle d’un insecte) en surface afin que les bêtes à écailles montent pour tenter de la choper.

Nos efforts n’auront raison du poisson (ceci peut-être à cause des requin, cachalot et anaconda aperçus au loin par nos comparses parisiens Laurent et Cédric) mais n’auront pas entaché notre motivation. Nous attaquons la dernière partie du cours : la pêche en nymphe. Un nom poétique pour désigner une méthode plus simple consistant à balancer l’appât dans la flotte directement. Pas de talent, pas de prise. Pas de prise, pas de poisson. Pas de poisson. Pas de poisson.

Heureusement que nous avons du poulet, du canard et de l’alpaga à la maison (aucun animal n’aura toutefois été blessé pendant le week-end) (surtout pas l’alpaga).

Pour apprendre à pêcher en bonne compagnie : Vincent Laroche – Maison de l’Eau et de la Pêche de la Corrèze 19600 Lissac-sur-Couze. Tel. : 06 31 22 91 60. Mail : vincent.l@mep19.fr. Site ouéb : www.mep19.fr

Pêche Corrèze

Chez Maryse Corrèze

Cours de pêche Corrèze

Initiation à la pêche Corrèze

cours de pêche en Corrèze

Pêcher en Corrèze

Solcito en Corrèze
Photos Solène, Mitchka & Cédric T.

Après l’effort, le réconfort puissance 1000

On croyait peut-être avoir tout vu des beautés de la Corrèze par la fenêtre de la 308 lors de nos pérégrinations sur ses 12 millions de virages. C’était sans compter les merveilles planquées sous sa végétation. Difficile de choisir le coin idéal pour déguster notre pique-nique du jour, les spots de rêve étant nombreux à nous attendre derrière les arbres afin de nous offrir le gîte avec vue, à défaut du couvert (que l’on a) (nous sommes prévoyants).

Troisième challenge de la journée : dénicher les Tours de MerleEnsemble de sept tours érigées entre le XIème et le XVème siècle, le site nous embarque pour un retour vers le futur au pays des chevaliers et autres seigneurs féodaux. Et de nous couper le souffle à chaque marche et pas seulement à cause de nos poumons fatigués par une matinée intense de sport (parfaitement). Vertigopathes ne pas s’abstenir, l’endroit étant tout à fait accessible aux gens qui n’aiment point le vide comme moi.

Autre beauté du coin : notre maison pour le week-end nichée à Saint-Cirgues-la-Loutre. Vieille bâtisse plantée au milieu de pas grand chose, c’est un peu la maison du bonheur où l’on a envie de poser ses valises pour toujours. A défaut d’y emménager tout de suite (notre demande de rachat est en cours) nous décidons de poser nos fesses au bord de son étang pour la soirée. Car Germain son proprio a pensé à tout : un étang pour apéroter / pêchister (raye toi même la mention inutile), un champs de pissenlits pour jouer à la Petite Maison dans la Prairie, des chèvres, une piste de pétanque, une cheminée géante, un alpaga, des canards et un ciel étoilé parfait. Merci Germain.

La soirée se terminera sous la voute céleste, à refaire le monde (le nôtre) qui n’a peut-être jamais été aussi beau (mais froid) qu’en cette nuit de ce joli mois de mai.

Les Tours de Merle : http://www.toursdemerle.fr

Pique Nique Corrèze

Tours de Merle
Photo Mitchka

Faune Corrèze

Visiter Tours de Merle

Visite Tours de Merle

Découverte Tour de Merle Corrèze

Tours de Merle en Corrèze

Visiter les Tours de Merle

Promenons-nous dans les plus beaux villages de France

S’il y a une chose sur laquelle la Corrèze ne rigole pas, c’est la beauté de ses villages. On ne compte plus le nombre de bourgades labellisées “Plus beau village de France” (six en tout dans la vallée de la Dordogne) ou celles qui auraient pu décrocher le titre haut la main sans bouger le petit doigt.

Après avoir crapahuté dans les artères de la ravissante Argentat, nous démarrons notre deuxième jour dans le dédale de ruelles de l’une des cités les plus réputées du coin : Collonges-la-Rouge la bien nomméeJolie comme un coeur, la belle doit désormais rougir de son succès : des visiteurs comme s’il en pleuvait, des magasins par milliers et des additions identiques à celles des restos parisiens.

Nous décidons de nous rabattre sur sa voisine que les touristes semblent avoir délaissée. Avec son nom aux sonorités italiennes, Curemonte (curémoooounnnté) nous accueille comme des princes. Ici, il n’y a pas un chat mais des papillons de nuit gigantesques, une église, un 45ème parallèle, un unique troquet et de sympathiques autochtones. Attablés devant nos bières, Perrier et grenadine à l’eau, nous profitons de nos derniers instants ensemble sous les 40°C (à l’ombre). Le week-end s’achèvera peu de temps plus tard, sur le quai d’une gare qui nous ramènera vers nos logis respectifs, plus tout à fait les mêmes après attrapé ce coup de soleil, ce coup d’amour, ce coup de coeur-rrèzes.

Pour lever le coude : La Barbacane – Place Barbacane 19500 Curemonte. Tél. : 05 55 25 43 29. Ouvert tous les midis de l’année et les soirs de juillet/août service brasserie en terrasse (sur résa). Fermeture hebdo le samedi.

Collonges-la-Rouge

Que voir à Collonges-la-Rouge

Visiter Collonges-la-Rouge

Visite de Collonges-la-Rouge

Visiter Collonges-la-Rouge Corrèze

Curemonte

Visiter Curemonte

Que voir à Curemonte

Faune Curemonte

45e parallèle Curemonte

Curemonte Corrèze

***Un week-end en Corrèze*** 

Pour y filer :
*De Paris : un train Corail Intercité gare d’Austerlitz direction Brive la Gaillarde puis une voiture de location.
*De Bordeaux : un TER (ou deux) direction Brive (ou un covoit) puis voiture de loc’ également.

Pour que tes nuits soient douces : Gîte la Clef des Champs 19220 Saint-Cirgues-la-Loutre. Infos et résa : https://www.gites-de-france.com

Trouver Gîte Corrèze

Retrouve les récits de ce week-end de folie chez les copains blogueurs de qualité :
Fish & Child, l’instigatrice de ce week-end de fifou et rédactrice de formidables billets rigolol autour du monde.
Travelers and Fish, roi de la pêche et conducteur hors pair sur des routes en lacets qui font gerber donnent mal au coeur.
One Chai, émir des jolis mots et des récits hors des sentiers battus dans le merveilleux monde du Kiffistan.
From Yukon, citoyen du monde mais surtout d’Irlande, grand manitou de la prose qui rend les yeux tout mouillés.

Un week-end en Corrèze
Photo Mitchka

4 Comments

  1. SBERRUET SBERRUET

    Génial cet article! Pour moi qui passe plusieurs fois par an en Corrèze, cet article me donne de nouvelles idées de visite et d’activité. Toujours avec un œil avisé, un regard joyeux et une touche décalée…j’en raffole et ne m’en lasse pas!
    Hâte de connaitre la prochaine destination. J’ai l’impression de voyager :-)

    • Solcito Solcito

      Merci :) J’y passerais bien plusieurs fois par an moi-aussi. Un conseil : mets toi à la pêche, tu m’en diras des nouvelles !

  2. Manoue Manoue

    Ça donne comme une envie de petit weekend au milieu de rien! Très bel article, comme d’hab!

    • Solcito Solcito

      Au milieu de presque rien (il y avait un alpaga). Merci pour ton commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.